Vous êtes ici : Accueil > INFORMATIONS PRATIQUES > Historique > Souvenons-nous, au collège Marcel Pagnol dans les années 2000
Publié : 4 juin 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Souvenons-nous, au collège Marcel Pagnol dans les années 2000

Et si on remontait le temps... En 2004, beaucoup d’entre-nous n’étaient pas encore au collège Marcel Pagnol. Certains n’étaient même pas nés...

Au tout début...

Le Collège Marcel Pagnol a ouvert ses portes pour la rentrée scolaire 1971. A cette époque, il était au milieu des champs. Il ne reste de cette époque que deux bâtiments : l’externat avec les salles de classes et le bâtiment de la cantine avec les salles de technologie en dessous.

Aucunes photos de cette époque n’ont pu être retrouvées. Mais si certains qui lisent cet article en ont, nous sommes preneurs, il suffit de les envoyer à cette adresse (0271172c@ac-rouen.fr). Toutefois, des témoignages ont pu être recueillis et je laisse votre imagination vous guider. La cours de récréation était bien plus petite qu’aujourd’hui, car en face de l’actuel bâtiment de restauration, sur l’actuelle esplanade devant les salles du foyer, il y avait un autre bâtiment en symétrie : c’était les bureaux de l’administration. Le hall actuel, avec les actuels bureaux, la salle des profs à l’étage, le CDI et la salle d’animation n’existaient pas. La salle des profs était au rez-de-chaussé de l’actuel bâtiment scolaire, avec le CDI le long du couloir central, côté gymnase. Il n’y avait pas de salle d’animation, les réunions se tenant dans la salle du self. A la place du hall, il y avait une allée d’arbres qui menait jusqu’à l’actuelle entrée. Les façades étaient recouvertes d’une mosaïque de petits carreaux bleu-ciel et marron.

JPEG - 175.9 ko

Ci-dessus, la photo de la 6eA en septembre 1971. Cette photo a été prise dans la cours de récréation devant le bâtiment des salles de classes. Elle représente les premiers et les plus jeunes élèves de l’établissement.

La restructuration

A la fin des années 1990, face à l’augmentation des effectifs dans le secteur, le conseil départemental décide d’agrandir le collège ; il va prendre la physionomie qu’on lui connait aujourd’hui. L’objectif est de porter la capacité d’accueil de 600 élèves à 750 élèves. Pour cela, un nouveau bâtiment est construit, celui dit "bâtiment principal" par lequel on arrive aujourd’hui...

Les travaux vont durer un an, entre 1997 et 1998. Mais déjà vous voyez une différence flagrante avec aujourd’hui : la façade du nouveau bâtiment était recouverte d’un parement en bois.

JPEG - 702.8 ko
JPEG - 38.2 ko

Continuons à jouer au jeu des différences. Elles sont plus subtiles... et voici la cantine.

JPEG - 36.1 ko

Les filets vert n’ont pas toujours existé. Ce n’est qu’en 2006 qu’ils ont été installés pour prémunir des chûtes de plaques de la façade. Ils seront enlevés en 2017.

JPEG - 36.5 ko
JPEG - 40 ko

Déjà dans le hall, les professeurs d’arts plastiques faisaient des expositions.

JPEG - 40.6 ko

Les salles de classes, comme la salle informatique et la salle d’animation avaient des dispositions légèrement différentes. Le gymnase, lui n’a pas changé d’un millimètre.

JPEG - 36.1 ko
JPEG - 41.8 ko
JPEG - 42.3 ko
JPEG - 38.9 ko
JPEG - 34.1 ko
JPEG - 48.3 ko
JPEG - 37 ko
JPEG - 51.7 ko
JPEG - 53 ko

L’incendie

Durant les épreuves du brevet 2004, un incendie se déclare au collège. Souvenez-vous, la façade était recouverte d’un parement en bois et à cette époque on "laissait fumer" à l’intérieur du collège. Des personnes ont glissé des mégots mal éteints entre les planches de la façade et ils ont mis le feu à l’isolant.

Alors que le bâtiment du CDI brulait, les élèves continuaient à composer dans les salles du bâtiment scolaire en face. Et oui, on n’arrête pas une épreuve du brevet ! Pendant que les pompiers maitrisaient l’incendie, les candidats faisaient leur épreuve de mathématiques... Le travail scolaire avant tout.

JPEG - 532.3 ko
JPEG - 664.8 ko

La reconstruction

Si le feu n’est pas entré dans le CDI, les énormes quantités d’eau déversées par les pompiers ont fait des dégâts. Durant l’été 2004, les entreprises s’activent pour que tout soit en ordre à la rentrée. Un nouveau parement est décidé, celui qu’on connaît aujourd’hui en brique.

JPEG - 30.2 ko
JPEG - 27.2 ko

La rénovation

Depuis, le collège n’a cessé d’être entretenu. Des peintures ont été refaites, le préau a été agrandi et bientôt les filets disparaitront. Les façades du bâtiment scolaire (externat) seront refaites en briques alors que sur celles du self, des plaques de métal de couleur bleu-ciel, seront posées. Un rappel de l’ancienne façade historique du collège...

Je me permets de terminer ces quelques lignes sur un ton plus personnel. A l’heure où je vais quitter cet établissement, après presque dix ans de service, je tenais à remercier toutes les équipes, tous les parents et tous les élèves qui chacun à leurs façons ont contribué à écrire des pages de la vie de cet établissement. Ce fut sincèrement un plaisir de travailler avec et pour vous.

Nicolas Villeneuve

Post-scriptum

Particularité au collège Marcel Pagnol, les classes portent les noms des pays européens ; mais ce ne fut pas toujours le cas. De la rentrée 1971 à la rentrée 1983, les classes portent des lettres : A, B, C... De 1983 à 1991, les classes prennent les noms des régions françaises : Picardie, Normandie, Alsace... De là rentrée 1992 à 2003, les noms de régions françaises et européennes cohabitent : Sardaigne, Écosse, Provence... Ce n’est que depuis la rentrée 2004, que le système actuel de dénomination est entré en vigueur : Italie, France, Lituanie...